Instabilité marquée sur le littoral
Observations - Jeudi 07 novembre 2019

Dans le contexte dépressionnaire actuel, marqué par une intrusion d’air froid d’altitude, les côtes sont exposées à un ciel très changeant qui s’accompagne d’instabilité sous forme d’averses, avec ponctuellement du grésil, des rafales et des coups de tonnerre. Comment expliquer cette agitation ?

En cette période de l’année, la température de surface de la mer est encore douce (14 à 17°C entre la Manche et l’Atlantique) mais surmontée d’air nettement plus froid en altitude (température avoisinant -20°C vers 5000 mètres). En situation dépressionnaire, l’air est ascendant (il s’élève) et se heurte rapidement à ce froid d'altitude. Il en résulte un fort gradient thermique vertical. Les cumulonimbus qui se forment témoignent d’ailleurs de cette instabilité. Les averses qui se produisent transportent alors vers les basses couches cet air plus frais.

Ainsi, après le passage d’un grain, parfois accompagné de grésil, la température chute de plusieurs degrés en quelques minutes. Une fois les éclaircies de retour, la température remonte jusqu’à l’averse suivante… De fortes rafales peuvent subvenir. C’était le cas à la Pointe du Roc dans la Manche ce jeudi matin avec une pointe à 103 km/h, 106 km/h pour l’île de Ré et même 116 km/h mesuré à Groix. On peut alors parle alors de giboulées automnales…

Sébastien DECAUX

Actualités

La tempête Atiyah menace nos côtes entre dimanche et lundi

Prévisions - Vendredi 06 décembre 2019

Des conditions tempétueuses toucheront l'Irlande et le sud de l'Angleterre (...)

Bilan du typhon Kammuri aux Philippines

Bilan - Jeudi 05 décembre 2019

Selon le  dernier bilan dressé ce jeudi 5 décembre, au (...)

Quelles sont les températures normales du mois de décembre ?

Climatologie - Mercredi 04 décembre 2019

Météo Concept vous propose la carte des normales climatiques du mois (...)

Brouillards: des explications pour y voir plus clair

Dossier - Mardi 03 décembre 2019

Nous sommes dans une saison propice aux brouillards. Rappelons qu’il s’agit (...)